KESSLER

Disque vinyle Kessler

Kessler est un nouveau et jeune groupe rennais, composé d’un bassiste (Alex) et d’un claviériste (Maxime). Cet album éponyme est la première production du duo.

L’association basse/synthé et machine n’est pas sans rappeler les groupes seventies de musique électronique et de rock progressif qui ont marqué cette époque. On retrouve aussi un univers qui n’est pas très éloigné des bandes son des films de S.F de la fin du 20ème siècle. Et le « syndrome de Kessler » n’est pas totalement étranger à ces ambiances « spatiales » et « cosmiques » !

Pour ma part, je retrouve un élégant et subtil mélange entre un Tangerine Dream et un Mick Karn, le tout arrosé d’un soupçon de Tycho. Certaines parties de synthé et de programmation m’évoquent aussi les productions plus contemporaines en solo de Martin Gore.

La production est excellente et la presse vinyle ne présente aucune critique.  Cet album vinyle (LP) est une réelle surprise et surtout une rareté dans le paysage sonore hexagonal. Mon coup de cœur !

 

 

SHIFTING SANDS – « CRYSTAL CUTS » –  Beast Records

Disque vinyle Shifting Sands - Crystal Cuts

Les australiens de Shifting Sands, emmenés par leur charismatique chanteur et leader Geoff Corbett, nous reviennent avec leur deuxième opus « Crystal Cuts ». L’excellent premier album « Beach Coma », sorti en 2015, est aujourd’hui épuisé et donc difficile à se procurer. Comme vous le constatez, nos amis australiens prennent certes leur temps entre 2 productions, mais le jeu en vaut la chandelle ! Cet album est une totale réussite, aussi bien sur le plan technique qu’artistique !

L’album s’ouvre sur la superbe « Hibiscus », marquée par le contraste des deux voix totalement opposées au niveau du timbre. Suit mon titre préféré, un des plus Rock de l’album, « Disaster Response »… Et le somptueux « Terror of Love » ! Bref ! … Je pourrais énumérer toutes les pistes de cet album. Elles sont toutes d’une beauté rare, tintées de Pop, de Folk et de Rock, comme peut-être seuls les australiens en ont le secret !

Un disque remarquable, à posséder absolument ! A noter que la version vinyle pour l’Europe a été confiée (avec fierté) au dynamique label breton Beast Records ! Bravo Guys !

Petit scoop, les Shifting Sands seront au festival de Binic 2019 !

Bandcamp : https://shiftingsandsau.bandcamp.com/album/crystal-cuts

 

 

THE JESUS & MARY CHAIN – « Damage & Joy » – Artificial Plastic Rdcs

Disque vinyle The Jesus & Mary Chain - Damage & Joy

Tous ceux de ma génération qui ont été bercés par le Rock lors de leur adolescence ont possédé l’emblématique Psycho Candy. Sorti en 1985, cet album de The Jesus & Mary Chain est aujourd’hui la légende du Rock Indé ! Même si, à l’époque, nous appelions cela de la New Wave ! 😉

Ce groupe, abusant de nombreuses substances illicites, est entaché de nombreux scandales et accusé de diverses violences verbales et scéniques. Même si je pense que les médias ont largement exagérés les faits. Vous avez d’ailleurs pu entendre leur tube « Juste Like Honey » dans l’excellent « Lost in Translation » de Sofia Coppola.

Le disque « Damage & Joy » est le 7ème et dernier album des écossais les plus bruyants des eighties ! Donc 7 albums en 34 ans, ce n’est pas du gros rendement. Mais les membres leaders ont tenté une carrière solo de 1999 à 2007… Ceci explique cela !

Ce dernier opus est, à mon avis, beaucoup plus sage que ce à quoi nous ont habitué les Jesus. Les compositions sont moins « noisy » et « fuzzy » et trouvent davantage leur influence dans la BritPop. Cependant, ce disque ne manque pas de caractère et conserve l’ADN du Mary Chain ! Et surtout, personnellement, je vois qu’à plus de soixante ans on peut faire du Rock plus « jeune » que celui des jeunes « Popeux » du 21ème siècle ! Et surtout bien plus inspiré et authentique ! J’adore !

 

 

 

DAN SARTAIN – « Century Plaza » – One little Indian rcds

Disque vinyle Dan Sartain - Century Plaza

J’ai découvert Daniel Fredrick Sartain il y a quelques années, avec son single contenant la magnifique reprise de The Knife, « Pass This On ».

Century Plaza est le dixième et dernier album connu de l’artiste d’Alabama. Ses productions sont totalement hétéroclites. Chaque album offre un style totalement différent, ce qui peut être très déconcertant pour le non-initié.

Dan Sartain, au fil de ses productions, navigue entre Folk, Punk Rock et musique électronique… Ce « Century Plaza » est clairement tourné vers la musique électronique. Mais pas celle ultra-complexe de ces dernières décennies, plutôt une musique simple et minimaliste pour accompagner la voix de Dan !

Cet album semble être un hommage à Suicide et à son leader Alan Vega. D’ailleurs, il reprend le « Weapeout Beat » de son mentor new-yorkais. On retrouve les séquencer et les boites analogiques des années 80, avec une voix inspirée des productions des années 50. Dan Sartain a beau être guitariste, je n’ai entendu qu’une seule guitare sur cet album ! Et personnellement, cela ne me dérange pas. J’ai lu des mauvaises critiques sur cet album, c’est peut-être pour cela que je voulais en parler et défendre cet opus !

Personnellement j’adore, et mon titre préféré est « Sinking In The Shallow En » !

Au dire, Dan Sartain serait aujourd’hui coiffeur dans l’Alabama… J’ai vérifié et cela semble être une vérité !