Lire sa musique dématérialisée - Partie 1

Maintenant que vous en savez plus sur les généralités de la musique dématérialisée (spécificités, stockage…), nous allons vous lister les différentes possibilités de lecture qu’elle peut offrir. En effet, il existe plusieurs appareils capables de lire vos fichiers numériques : DAC, lecteur réseau, serveur audio et ordinateur/tablette. Il est donc possible d’en retirer plusieurs configurations selon vos besoins.

Chaque appareil ayant ses spécificités, il nous semble utile de préciser leur fonctionnement. De plus, la question de la qualité revient très souvent en musique dématérialisée. Nous allons donc nous baser sur le lecteur CD, un système connu de tous, fonctionnant également en numérique, pour démontrer ce que l’on peut attendre en terme de qualité de nos fichiers numériques.

 

Le DAC

Le DAC (convertisseur numérique / analogique) est au centre de la musique dématérialisée, puisqu’il s’agit de l’appareil qui va convertir le signal numérique en signal analogique. Comme nous l’avons vu dans la fiche technique sur la musique dématérialisée, l’oreille humaine ne peut entendre un signal numérique. Il est donc nécessaire que ce signal soit transformé en analogique pour être audible à l'oreille humaine. Et c’est ici que le DAC entre en jeu ! Le convertisseur va réceptionner le signal numérique qui provient d’une source numérique (ordinateur, CD, fichier, serveur…) afin de le transformer en signal analogique.

Utilité d'un DAC

Le signal analogique apporte une représentation conforme du signal d’origine. Tous les fichiers numériques ont besoin d’être convertis en analogique. Ils sont mesurés en bits (quantification) et en une fréquence d’échantillonnage (kHz). Il est important de savoir que plus le nombre de bits et le taux d’échantillonnage sont élevés, plus la qualité est au rendez-vous. Chaque DAC peut traiter une fréquence d’échantillonnage bien spécifique, de 32 kHz, 44.1 kHz, 48 kHz, 88.2 kHz, 96 kHz, 192 kHz à 384 kHz. Le DAC peut alors augmenter artificiellement la fréquence d’échantillonnage de votre signal source, afin d’en améliorer considérablement la qualité de restitution. C’est ce qu’on appelle le sur-échantillonnage. En voici un exemple graphique :

Fonctionnement d'un DAC

Il existe 2 types de DAC bien distincts :

- Les DAC intégrés : Toute source numérique possède un DAC intégré afin de pouvoir renvoyer de la musique sur votre système Hi-Fi. 

- Les DAC externes : Il existe également des boitiers totalement dédiés à la conversion numérique / analogique. Ils permettent alors une restitution plus optimale de la source.  Nous pouvons prendre l’exemple d’un lecteur CD : un DAC externe associé à votre lecteur CD permettra de supplanter le DAC interne, ainsi le lecteur CD sert exclusivement de transport (drive). Nous garderons donc à l’esprit qu’un DAC externe peut améliorer la qualité de restitution de la source car la conversion numérique vers l’analogique sera donc plus précise.

 

DAC Arcam Rserie irDAC II
 

Les technologies :

Un DAC peut posséder plusieurs types de connectiques afin de s’adapter à différentes sources. Tout système audio (ordinateur, lecteur CD, lecteur réseau, serveur audio…)  pourra ainsi surpasser sa qualité de base.

Entrées

Un DAC peut comporter des entrées USB, très utiles pour connecter votre DAC à votre ordinateur (PC ou Mac). Il lui permettra de restituer vos fichiers avec une qualité optimale. Il existe deux sortes de transmissions USB :

- USB synchrone (USB classe 1) : la transmission synchrone n’est pas considérée comme optimale pour une écoute audio. Dans ce cas, c’est l’horloge de l’ordinateur  qui contrôle la transmission.

- Mode asynchrone (USB classe 2) : Il s’agit du mode de transmission le plus avancé. Ici, le DAC contrôle la  transmission et donc l’horloge de l’ordinateur.

 

En dehors d'une entrée USB, le DAC peut posséder une entrée numérique, pour s’adapter parfaitement à tout type de source (Baladeur, lecteur CD…). Il existe plusieurs types d’entrées numériques qui sont les suivantes :

- DAC à entrée numérique coaxiale RCA : il sert à relier les sources qui ont des sorties numériques coaxiales RCA.

- DAC à entrée numérique optique Toslink : il permet de fonctionner en relation avec des sources qui possèdent des sorties numériques optiques Toslink.

- DAC à entrée numérique AES/EBU – XLR : elle est utilisée pour fonctionner avec des sources qui ont une sortie numérique XLR. Ce connecteur permet de raccorder des câbles de longueur plus importante sans détérioration de la qualité.

- DAC à entrée numérique BNC : ce connecteur est plus souvent utilisé dans le monde professionnel (studio…).

 

Sorties

Plusieurs sorties peuvent être présentes sur le DAC afin de le relier à plusieurs types d’amplificateurs :

- Sortie analogique asymétrique : RCA phono. Il s’agit du connecteur le plus courant à figurer sur les appareils Hi-Fi.

- Sortie analogique symétrique : XLR. Ce connecteur permet d’avoir plus de gain et de pouvoir raccorder des câbles de longueur plus importante.

 Voici un exemple de DAC comprenant tout ces types de connecteurs. Tous les DAC n'en sont pas forcément équipés. Nous avons ici mis en relation les connecteurs ainsi que les appareils qu’il est possible d’y brancher :

 

Connecteurs d'un DAC
 

Le DAC est donc un élément indispensable pour lire votre musique dématérialisée, car il est à la base du traitement du flux. Un autre élément est très souvent utilisé pour lire de manière audiophile les fichiers numériques : le lecteur réseau.

 

 

Le lecteur réseau 

Le rôle du lecteur réseau est de réceptionner le fichier numérique stocké sur votre serveur de stockage (vous trouverez plus de détails dans la fiche sur le stockage de la musique dématérialisée) afin de le décoder. C’est-à-dire que le fichier numérique est transformé en flux audio, pour permettre au DAC (intégré ou externe), de le convertir en signal analogique. Le lecteur réseau pourra ainsi transmettre ce dernier à l’amplificateur puis aux enceintes.

 Connexions

Afin d’aller chercher les fichiers numériques de votre bibliothèque musicale stockés sur votre serveur de stockage, il est nécessaire que le lecteur réseau ait accès à internet (comme son nom l’indique, le lecteur doit être « en réseau »). La connexion peut être filaire c’est-à-dire Ethernet (grâce aux prises RJ45), ou sans fil, autrement dit Wi-Fi. Grâce à cette connexion, vous aurez la possibilité d’avoir accès à toutes les radios internet (web radios) du monde. Effectivement, la plupart des radios que l’on écoute sur les ondes diffusent également leur programme sur internet.

Pour piloter le lecteur réseau, 2 solutions s’offrent à vous. En effet, certains possèdent une interface depuis laquelle vous pouvez naviguer entre vos listes de lecture directement depuis l’appareil. D’autres sont dépourvus de cette option, il est donc nécessaire d’avoir un périphérique externe (Smartphone, télécommande, tablette tactile…).

 

Par ailleurs, un lecteur réseau ne possède pas de serveur de stockage. Il vous sera donc impossible de stocker votre bibliothèque musicale directement sur celui-ci. Vous devrez donc l’associer à un serveur de stockage externe (différentes solutions vous sont expliquées dans la fiche pratique sur le stockage de la musique dématérialisée).

Certains se demandent quelle est l’utilité d'un lecteur réseau si vous possédez un ordinateur qui vous permet de lire votre bibliothèque musicale. Dans ce cas, le lecteur réseau vous permettra d’écouter votre bibliothèque musicale en étant dans une autre pièce que celle où se trouve votre ordinateur (qui fait ici office de serveur de stockage). Autre avantage, si vous possédez plusieurs ordinateurs, le lecteur pourra alors chercher les pistes sur chaque ordinateur de chaque pièce pour le diffuser sur le même système.

 

Lecteur réseau Atoll ST 100SE

De plus, l’utilisation d’un lecteur réseau vous apportera une qualité d’écoute supérieure. Nous pouvons nous baser sur le lecteur CD, qui lit les mêmes types de fichiers, à savoir les fichiers numériques.  En effet, le lecteur CD ne peut lire que la résolution et le taux d’échantillonnage 16 bits/44,1 kHz utilisé sur le CD. Le lecteur réseau lui, a la capacité de lire plusieurs formats de fichiers (vous pouvez vous informer sur les différents types de fichiers audio en consultant la fiche concernant la musique dématérialisée), et donc lire des formats de qualité supérieure.

 

Par ailleurs, le fonctionnement même du lecteur réseau permet d’avoir une qualité d’écoute supérieure à celle du lecteur CD. En effet, les informations numériques inscrites sur un CD ne sont lues qu’une seule fois par le laser du lecteur CD qui peut parfois manquer sa cible et créer une erreur, qui nécessite alors l’intervention d’un correcteur. Celui-ci retranscrit un signal à partir des informations qu’il a déjà pu récupérer. Tout cette procédure peut donc engendrer une distorsion temporelle appelée « jitter » (ou gigue en français). Pour bien comprendre, nous pouvons dire que le « jitter » est à la musique ce que l’image flou est au cinéma. A cause de ce dernier, le DAC peut rencontrer des obstacles à retranscrire exactement en analogique le signal provenant du CD. Au contraire, le lecteur réseau est capable de relire l’information à plusieurs reprises et de la stocker dans un « étage tampon », ce qui permettra de réduire le « jitter ». Dans ces conditions, le lecteur réseau peut reproduire un meilleur signal que le lecteur CD, et donc restituer de la musique de meilleure qualité. Il ne faut bien-sûr pas oublier de prendre en compte les éléments technologiques et internes qui composent le lecteur réseau (DAC, horloge…) lorsqu’on parle de qualité.

 

Bien-sûr, la qualité de restitution dépendra de la capacité de votre lecteur réseau à traiter les différents types de formats existants. Certains pourront lire la plupart des formats alors que d’autres privilégieront le traitement des formats de meilleure qualité pour privilégier une écoute audiophile.

 

Les technologies :

Selon sa technologie interne, le lecteur réseau peut posséder différents types d’entrées. En effet, comme nous l’avons vu précédemment, le lecteur réseau possède dans tous les cas un DAC intégré.

Afin d’y raccorder plusieurs sources, tous les lecteurs réseaux disposent d’entrées USB, d’entrées numériques coaxiales, optiques et AES/BU. Vous pouvez bien évidemment aller plus loin à propos des connectiques en vous rendant sur la fiche pratique dédiée à celles-ci.

Au contraire, certains lecteurs réseaux peuvent être composés de deux DAC. Le premier se chargeant de la conversion du signal analogique provenant du serveur de stockage, tandis que le second est utile pour traiter d’autres sources numériques que l’on peut associer au lecteur réseau (lecteur CD, TV…). Ces lecteurs réseaux contiennent tous ces types de connecteurs mais ils possèdent également les entrées numériques Toslink optiques et coaxiales.

Concernant les sorties, tous les lecteurs réseaux possèdent des sorties analogiques afin d’y connecter son amplificateur.

Connecteurs d'un lecteur réseau

 Un autre système existe qui peut se substituer au lecteur réseau, il s’agit du serveur multimédia.

 

 

Le serveur multimédia

Le traitement du flux audio par le serveur multimédia est semblable à celui du lecteur réseau. En effet, ce dernier permet de décoder les fichiers numériques pour permettre au DAC (comme toutes sources, le serveur multimédia possède son propre DAC interne) de transformer le flux audio en signal analogique, afin de l’envoyer à votre amplificateur puis aux enceintes.

 

En plus de sa capacité à décoder et convertir les fichiers numériques, le serveur multimédia a la faculté de les stocker en interne. Vous pouvez donc stocker votre bibliothèque musicale sur cet élément, ce qui veut dire que le serveur multimédia comprend sa propre solution de stockage.

De plus, ce dernier est capable de « ripper » vos Cds (lorsque vous « rippez » un CD, vous le copiez directement sur un serveur de stockage). Vous les retrouverez ainsi sur le serveur multimédia et pourrez les écouter depuis celui-ci.

Connexion d'un serveur multimédia

Ceci implique de pouvoir gérer sa bibliothèque musicale directement depuis l’appareil. En effet, à la différence du lecteur réseau, le serveur multimédia est forcément pourvu d’une interface pour vous permettre de naviguer entre les pistes de votre bibliothèque musicale.

Le serveur audio tire un autre avantage de son serveur de stockage intégré : il lui permet de ne pas être dépendant d’une connexion internet. En effet, vous pouvez stocker directement votre bibliothèque musicale sur celui-ci en « rippant » vos CDs (la plupart des serveurs audio possède un lecteur CD) ou en y insérant une clé USB. Toutefois, une connexion internet vous sera nécessaire si vous souhaitez importer à distance des fichiers numériques depuis votre ordinateur.

Par conséquent, le serveur multimédia est un appareil qui peut fonctionner de manière autonome. Il peut être très avantageux si vous ne souhaitez pas multiplier les appareils : ce dernier peut très bien fonctionner seulement en relation avec un amplificateur et des enceintes.

Puisque le fonctionnement du lecteur réseau et du serveur audio sont semblables en plusieurs points, nous pouvons dire que la qualité de musique qu’ils peuvent produire dépend des mêmes spécificités. En effet, la qualité dépendra du type de formats que le serveur multimédia pourra traiter (en fonction de son DAC intégré). Par ailleurs, son fonctionnement interne est semblable à celui du lecteur réseau. C’est-à-dire qu’il utilise lui aussi un « étage tampon » qui lui permet de stocker les informations numériques afin de les retraiter en cas d’erreur de lecture.

 

Technologies :

Comme le lecteur réseau, le serveur multimédia peut posséder plusieurs entrées et sorties.

Concernant les sorties, il peut posséder des sorties numériques afin de pouvoir y ajouter un DAC externe pour en augmenter les performances audio. De plus, très souvent, l’appareil possède une entrée USB. Grâce à celle-ci il est possible de transférer votre musique bibliothèque via une clé USB si vous ne possédez pas d’accès à internet par exemple.

Le serveur multimédia comporte forcément des sorties analogiques, qui peuvent être, ici aussi, RCA ou XLR, dans le but de le raccorder à votre système Wi-Fi.

 

Connecteurs d'un serveur multimédia
 

Ordinateur

Une autre solution s’offre à vous concernant la lecture de la musique dématérialisée. En effet,  la mécanique d’un ordinateur lui permet à la fois de pouvoir lire et stocker votre bibliothèque musicale. Ici, c’est la carte son de votre ordinateur qui traitera le fichier numérique pour renvoyer un signal analogique aux enceintes intégrées de celui-ci.

Afin de transmettre votre musique dématérialisée à votre système Hi-Fi (amplificateur + enceintes), vous aurez besoin d’associer un DAC externe à votre ordinateur. Ainsi, vous pourrez bénéficier d’une très haute qualité de restitution en utilisant un DAC haut de gamme.

L’avantage d’un tel système est sa capacité d’évolution avec des changements de DAC, de PC ou de logiciel de lecture. Cependant, l’ordinateur devra toujours se trouver à proximité de votre système Hi-Fi et également allumé en permanence.

Connexion d'un ordinateur

Technologies :

Un ordinateur comporte deux principaux types de sorties :

- Une sortie USB qui permet d’ajouter un DAC externe USB

- Cette connexion peut se faire via jack 3.5 – RCA, Jack 3.5 – Jack 3.5 ou Jack 3.5 optique, plus souvent utilisée par les Mac.

 

 

Tablette, Smartphone, iPod, clé USB

La dernière solution que nous voyons pour la lecture de votre musique dématérialisée est l’utilisation d’un Ipod, Iphone ou une tablette tactile. Tout comme l’ordinateur, ils sont capables de stocker, lire et renvoyer de la musique grâce à leur fonctionnement interne.

Cependant, afin d’en tirer un niveau de restitution audiophile, il est conseillé de l’associer à une station d’accueil. Le Smartphone fait alors office de serveur de stockage et le dock est le lecteur. L’avantage du Dock est qu’il permet, bien souvent,  de recharger votre appareil.

Nous pouvons différencier deux types de Docks. Le premier type est le dock amplifié, qui a la capacité de fonctionner de manière autonome. En effet, il comporte l’amplificateur et les enceintes et peut donc vous renvoyer de la musique. L’autre solution est un dock qui n’est pas amplifié, qu’il faut donc associer à votre système Hi-Fi, à savoir amplificateur et enceinte.

 

Connexion d'un dock/station d'accueil 

Technologies

Quasiment tous les Docks possèdent une entrée Ipod afin de pouvoir y insérer l’Ipod, Iphone ou tablette. Par ailleurs, certains Docks comportent une sortie USB car ils sont alimentés par une prise USB. Une sortie USB peut également être utile pour ajouter un DAC externe à l’appareil.

Les Docks non amplifiés possèdent des sorties analogiques afin de les relier à un système Hi-Fi.

 

Connecteurs d'un dock/station d'accueil 

 

Cette partie résume donc l’ensemble des options permettant la lecture de la musique dématérialisée. Dans une seconde partie, vous retrouverez les différentes connexions Internet ainsi que les schémas résumant les combinaisons possibles avec le niveau d’écoute que vous pouvez en retirer.